Camille Chardayre et Amandine Langlois / Ateliers Chutes Libres

Dans leur bel atelier voûté, Camille Chardayre, Amandine Langlois et leur acolyte Jérémie Triaire jonglent entre scies sauteuses, bois réemployé et papiers à dessin. Rencontre avec ces designers-bricoleurs, soucieux de valoriser l’existant pour imaginer le futur.

bienvu upcycling design lieux paris ateliers chutes libres camille chardayre amandine langlois portrait illustration flora gressard 1 1

Si il fallait imaginer l’atelier parfait, le trio de bricolos l’a déjà fait. Ici, tout est à sa place : le lieu est particulièrement bien rangé et baigné de lumière, le mobilier sur roulettes, mobiles et amovibles, et le bois de la matériothèque bien répertorié, parce que « les chutes de bois doivent être pensées comme de la matière avec de la valeur et pas comme un vulgaire déchet », nous explique Amandine. Bref, tout est pensé pour que les novices en bricolage tombent en extase.

Savoir observer l’existant pour valoriser les opportunités futures.

La belle histoire débute sur les bancs de l’Ecole Boule à Paris, lieu de rencontre d’Amandine, Camille et de leur troisième acolyte, Jérémie. Une fois leur diplôme d’architecte d’intérieur décroché, le trio se lancent en 2012 dans une grande aventure joliment nommée Premices and co : une agence de design portée sur l’éco-conception et l’économie circulaire. Là, ils commencent à faire leurs gammes en réhabilitant des espaces aussi bien privés que publics, mais toujours avec le même leitmotiv : « savoir observer l’existant pour valoriser les opportunités futures ». L’agence s’attache donc à réemployer des matériaux déjà là qui ne demandent qu’à être réutilisés autrement et réinventés différemment.

Hyperactifs et de plus en plus sensibles aux notions de réemploi et de recyclage, le trio enchaine alors les projets. Mais un tout particulier, comme tombé du camion, va enclencher un sérieux virage. En 2013, l’agence est appelée pour animer des ateliers de recyclage en parallèle de l’exposition Matière Grise au Pavillon de l’Arsenal. Dès le premier jour, les designers baissent les yeux et réalisent que la plus belle des matières premières est à leurs pieds : les chutes de bois des scénographies de l’exposition ne manquent pas. Tout ce bois gaspillé mériterait un second souffle. L’objectif de l’atelier de recyclage apparait alors comme une évidence : réutiliser tout ce bois destiné à la déchèterie pour le réemployer autrement et proposer la fabrication de nouveaux objets. L’idée des Ateliers Chutes Libres était né, il ne restait plus qu’à lui chiner l’atelier adéquat. 

Rendez-vous donné le week-end pour participer à un atelier collectif de bricolage sous l’une des voûtes du Viaduc des Arts. Sur place, une équipe perfusée aux bonnes idées, composée de designers, d’ébénistes et d’architectes d’intérieur, est présente pour encadrer et transmettre toute sa passion et son savoir-faire. Mais aussi pour briser les freins psychologiques à l’utilisation de certains outils et mettre entre les mains des apprentis bricoleurs de vraies scies sauteuses, parfois impressionnantes mais redoutablement efficaces.

Comment offrir un nouvel usage à une (pas si) banale chute de bois ?

De la conception à la découpe, jusqu’à l’assemblage, chacun est accompagné pour réaliser de ses propres mains son escabeau à plantes, son meuble bas, son mini banc… Et toujours avec la même problématique : comment offrir un nouvel usage à une (pas si) banale chute de bois ? Mais même si l’on vient avec une idée précise de ce que l’on souhaite réaliser, « le but de cet atelier, avant tout, c’est de valoriser du bois et donc ça demande une adaptabilité du projet à l’existant », insiste Amandine. Et ça, c’est toute une pédagogie à transmettre ! On fabrique, on réfléchit, on s’adapte et en quelques heures une nouvelle étape est franchie, un nouveau savoir est acquis. Car oui, être capable d’assembler soi-même quatre planches de bois qui ne vacillent pas au premier coup de vent est une fierté, et d’autant plus lorsque le bois réemployé a eu une première vie. 

Loin des FabLabs, un peu trop « geek culture » à leur goût, Camille, Amandine et Jérémie, qui ont grandi en construisant des cabanes et en bricolant avec ce qu’ils avaient sous la main, préfèrent l’approche expérimentale du design : une scie dans une main, un clou dans l’autre. D’où la nécessité d’évoluer dans un lieu qui peut à la fois accueillir leur agence et les Ateliers Chutes Libres. En réunissant au même endroit tous leurs projets, le trio construit son propre écosystème, agile et solide. Les projets se complètent, s’équilibrent et trouvent une résonance toute particulière. Les prototypes se dessinent côté agence, puis prennent forme côté atelier. Gain de temps assuré et autonomie décuplée. 

Un circuit court et vertueux qui permet au trio de réemployer en moyenne près de 6 tonnes de chutes par an.

Côté matières premières, l’atelier est bien rodé et enrichit son stock en collectant les chutes de bois auprès des musées, salons et événements culturels de la région parisienne. Un circuit court et vertueux qui permet au trio de réemployer en moyenne près de 6 tonnes de chutes par an. Un bois qui n’a jamais la même taille, jamais la même couleur, jamais le même aspect et qui en fait un donc un matériau plein de contraintes, particulièrement intéressant d’un point de vue créatif. Et que faire des toutes petites chutes ? Sans surprise, ils ont trouvé une solution en proposant des ateliers décoration sur bois. Tout penser pour tout valoriser, un mantra testé et adopté par les Ateliers Chutes Libres. 

Texte : Manon Lestringant • Photographies @François Rouzioux • Illustration : Flora Gressard

AUJOURD’HUI LES ATELIERS CHUTES LIBRES C’EST UNE DIZAINE DE CONCEPTEURS ENCADRANTS, 6 TONNES DE BOIS VALORISÉES PAR AN, DE NOMBREUX OUTILS POUR DÉCOUPER ET ASSEMBLER, UN ESPACE DE CRÉATION PARISIEN UNIQUE EN SON GENRE ET ENCORE PLEIN DE PROJETS QUI ENVOIENT DU BOIS. 

Viaduc des Arts
13 avenue Daumesnil, 75012 Paris

atelierschuteslibres.com

Notre sélection

#bienvutalenclub
Chez Bien Vu, on vous fait découvrir les créateurs du Turfu ! Inscrivez-vous à la newsletter et découvrez les portraits de ceux qui puisent dans l’upcycling, un nouveau souffle créatif.
S'inscrire
close-link