Anicet

Elia chine, assemble et recompose des bijoux de caractère, qui racontent les histoires des autres mais aussi la sienne. Le nom de sa marque n'est pas anodin, non seulement Anicet est l'anagramme du mot "ancien" en anglais, mais c'est aussi le deuxième prénom de son père.

Sa passion pour les bijoux est intimement liée à la Guadeloupe, où elle a grandi jusqu’à ses dix huit ans. Là-bas, les bijoux ne sont pas de simples ornements mais des représentations du vécu. Plus jeune, elle créait déjà ses premières collections à partir de cristaux Swarovski, « Les bijoux d’Elia ».

Elia vient du monde de l’entrepreneuriat et a toujours voulu créer sa propre marque, en contradiction avec nos systèmes de consommation et d’exploitation actuels. Elle décide donc de lancer Anicet et très vite, le choix de l’upcycling lui paraît comme une évidence. Alors que l’industrie du bijou possède très peu de labels fiables, elle décide qu’elle créera ses collections à partir de pièces chinées dans les brocantes ou chez les particuliers.

Elia fabrique elle même toutes ses créations et utilise très peu de matériaux neufs. Aujourd’hui, Anicet est fabriqué avec 80% de matériaux recyclés, et l’objectif pour la créatrice est d’atteindre les 90%, voir les 100%. Cœur sur Elia

Texte : Louise Huc • Photographies ©Anicet
Taper dans l'œil, mais pas sur la planète !
Bien Vu sélectionne des talents qui ont décidé de travailler autrement : sans donner de leçons, et en transmettant l'air de rien, la force de tout changer.
S'abonner
close-link